bandeau Aconit

Accueil > Association > Rencontres PSTC


Pour nous écrire :





© 2002-2014 - Aconit




Google

Publication des
« Rencontres pour la sauvegarde du Patrimoine Scientifique
et Technique Contemporain (PSTC) »

14 & 15 novembre 2013

Cette manifestation a été placée sous le haut-patronage du Préfet de l’Isère, du Maire de Grenoble, du Président du Conseil général et du Recteur de l’Académie, Chancelier des Universités.

Programme

Les différents acteurs de l’évènement ont donné leur vision d’une politique adaptée aux questions que soulève le patrimoine. Ils ont envisagé les conditions de son application dans le cadre d’un dialogue entre science, technique, industrie, culture et société.

En cliquant sur chacun des textes marqués d’un triangle jaune, vous ferez apparaître/diparaître le résumé de la communication, ainsi que les liens vers les documents présentés et vers l’enregistrement sonore. Les vidéos seront publiées dès que possible.

Jeudi 14 novembre

1ère session – Pourquoi sauvegarder le Patrimoine scientifique, technique et industriel contemporain ?

Mot de bienvenue :

Président de séance :

 

Catherine Ballé, Directeur de recherche honoraire, CNRS, Grenoble

Questions du Patrimoine

  • audio – MP3 9,2 Mo
  • Le patrimoine a désormais son histoire, ses experts et ses réalisations. D’innombrables apports contribuent à préciser la notion, ses modalités d’inscription sociale et les pratiques qui en découlent dans les sociétés contemporaines. De même, les spécialistes en sciences humaines ont souligné l’influence du monde industriel, dont les modèles privilégient une logique du changement, sur les sociétés dans leur ensemble. Il paraît alors pertinent de s’interroger sur les liens entre ces tendances apparemment contradictoires. Sont-elles complémentaires, indépendantes, conflictuelles ? Quoi qu’il en soit, les ambivalences entre patrimoine et société, au centre de la réflexion que suscite le patrimoine en général, sont incontestablement amplifiées en ce qui concerne la sauvegarde du patrimoine scientifique, technique et industriel contemporain.

Catherine Cuenca, Conservateur en chef du patrimoine, Musée des arts et métiers, Cnam Paris et Université de Nantes

La Mission nationale de sauve- garde du patrimoine scientifique et technique contemporain (PATSTEC)

  • présentation – PDF 4,2 Mo
  • audio – MP3 12,4 Mo
  • L’année 2003, le ministère de la Recherche a chargé le Musée des arts et métiers d’une Mission nationale de sauve- garde et de valorisation du patrimoine scientifique et technique des années 1960 à nos jours. Cette Mission concerne le patrimoine matériel constitué d’instruments et documents, témoins de la recherche et de l’enseignement, et le patrimoine immatériel préservant la mémoire de ceux qui ont créé ou utilisé ces objets. Sensibilisés à la sauvegarde de ce patrimoine, des laboratoires de la recherche publique et privée ainsi que des entreprises ont rejoint la Mission nationale. Plus de seize partenaires régionaux participent aujourd’hui à ce programme, ainsi que des partenaires nationaux comme Météo- France, la Fondation EDF avec ses musées, des entreprises telles que Essilor et Michelin. Leur rôle est de repérer, documenter et photographier les objets qui participent à l’inventaire national sur ce thème et dont les données alimentent une base de données. Cette base est consultable à partir du site Internet de la Mission www.patstec.fr. Il met à la portée les avancées des recherches scientifiques en France et les innovations majeures de la seconde partie du XXe siècle. Des expositions, des manifestations et des animations mettent en valeur ce patrimoine en répondant à l’intérêt du public. La Mission nationale poursuit sa réflexion sur le patrimoine scientifique et technique contemporain et développe un séminaire et des actions de recherches avec les laboratoires. Enfin, elle étend son expérience vers l’international avec les Musées des sciences et des techniques tels que : le Deutsches Museum, le Science Museum, le Musée Léonardo da Vinci, le Musée du MIT de Boston, les musées techniques d’Ottawa, les universités de Namur, de Mons et de Liège, la Fondation Hellénique d’Athènes, des organismes de recherche comme le CERN.

Gérard Chouteau, Responsable de la mission PATSTEC, Région Rhône-Alpes sud, ACONIT, Grenoble

Sauvegarde du patrimoine scientifique, technique et industriel dans l’académie de Grenoble

  • présentation – PDF 56 ko
  • audio – MP3 7,1 Mo
  • Le bassin grenoblois a pris son plein essor scientifique après la fin de la deuxième guerre mondiale. Aujourd’hui, l’ensemble de ses laboratoires recèle un potentiel scientifique considérable dont l’inventaire, la sauvegarde et la mise en valeur constituent un réel enjeu pour son histoire. Il en est de même du potentiel industriel, constitué pour sa part dès la fin du dix-neuvième siècle, souvent en étroite collaboration avec les laboratoires de recherche académiques.
    Aconit, dans le cadre de la mission PSTC pilotée par le CNAM, a entrepris dès 2005 un travail d’inventaire d’objets scientifiques (collection du Gipsalab, liquéfacteur d’hélium du CRTBT, instruments de mesures de glaciologie) et industriels (tubes Thalès, collection A. Raymond). Dans la phase actuelle, son action consiste en un travail de sensibilisation et de mobilisation des acteurs universitaires et industriels pour donner un nouvel élan à la sauvegarde du patrimoine scientifique et technique.

 

2e session
Présidente de séance : Catherine Gauthier

Hélène Viallet, Directrice des Archives départementales de l’Isère, Grenoble

Eric Robert, Directeur des éditions Dire l’entreprise, Renage

Quelques jalons sur le développement scientifique et technique grenoblois

  • présentation – PDF 310 ko
  • audio – MP3 9,7 Mo
  • Grenoble offre un exemple de développement scientifique et technique particulièrement intéressant qui mérite d’être retracé. Son étude permet en effet de mettre en lumière trois grandes phases d’évolutions ouvrant chacune sur des problématiques patrimoniales sensiblement différentes. L’activité de recherche qui émerge à la fin du XIXe siècle et se poursuit jusqu’à la seconde guerre mondiale repose sur des acteurs et des institutions relativement restreints et bien identifiés, dont les liens avec les notables locaux et les industries issues de la houille blanche sont étroits. La très forte expansion des années 1940-1960 voit ensuite la constitution de laboratoires publics beaucoup plus importants, adossés aux grands organismes de recherche nationaux et à quelques instruments scientifiques rares, voire uniques. Au cours de ces trois décennies, le nombre de chercheurs du site grenoblois est quasiment multiplié par 100, atteignant près de 3 500 personnes au début des années 1970. Si la physique est alors dominante, les champs disciplinaires abordés s’élargissent considérablement. Ce pôle scientifique et technique se renforce ensuite dans les années 1970-2000, au fil de mutations et de réorganisations complexes qui en rendent aujourd’hui la lecture très difficile.

Marie Cornu, Directrice du CECOJI, CNRS/Université de Poitiers

Guy Saez, Directeur de recherche au CNRS, PACTE, Institut d’études poli- tiques de Grenoble

La contribution des Musées et Centres de sciences et techniques à un nouveau contrat entre science et société.

  • texte - PDF 0,2 Mo
  • présentation – PDF 2,0 Mo
  • audio – MP3 11,1 Mo
  • Une révolution dans la muséologie des sciences est intervenue au moment où, dès les années 70, tous les types de musées, ont été en proie à une profonde vague de changement. En devenant un acteur, à la fois témoin et accompagnateur, des bouleversements culturels et scientifiques des sociétés, les musées s’affirmaient comme le « lieu où nous pouvons chercher un sens au monde qui nous entoure ». Si ce mouvement a concerné la catégorie des musées artistiques, il a été particulièrement prononcé dans les deux autres catégories : les musées de société et les musées des sciences et techniques. On crédite les musées des sciences d’avoir introduit l’interactivité et l’usage massif des nouvelles technologies d’information et de communication dans la muséographie. Les musées de sciences avaient gagné leur réputation grâce à leurs collections, à leurs liens avec des laboratoires prestigieux et au discours cumulatif qu’ils tenaient sur l’histoire des sciences. Mais comme ils n’étaient équipés ni techniquement ni intellectuellement pour répondre au désir de savoir comment la science d’aujourd’hui se fait, des centres de sciences (ou centres de culture scientifique) ont été créés avec un immédiat succès public. Ainsi la science en train de se faire avait, comme l’art contemporain, une institution dédiée ; une institution d’animation et de communication souvent perçue comme concurrente des musées scientifiques alors que leur mission est bien différente. À l’heure d’une « troisième révolution muséologique », les fondements de ces institutions paraissent moins clairs même si elles cherchent, selon des orientations différentes ou convergentes, à renouveler le contrat entre science et société.

Marie-Christine Bordeaux, Maître de conférences, Université Grenoble-Alpes, chercheure au Gresec, Grenoble

Regards sur le patrimoine scientifique des universités

  • texte – PDF 0,12 Mo
  • audio – MP3 13,5 Mo
  • Le patrimoine scientifique, singulièrement celui des universités, est-il un patrimoine comme un autre ? En d’autres ter- mes, son étude, sa conservation et sa mise en valeur se heurtent-elles à des spécificités liées à la nature de ce patrimoine et au « monde » – au sens sociologique du terme – qui le produit ? Au-delà des différences conjoncturelles (historiques, territoriales, professionnelles) qui peuvent expliquer la spécificité du patrimoine des universités, et plus précisément la spécificité de sa prise en charge et de son traitement, il convient de vérifier si le geste qui constitue en patrimoine des objets, des mémoires et des savoir-faire est bien de même nature dans le monde universitaire, et de décrire quels en sont les acteurs, les obstacles, les atouts à partir des cadres théoriques qui permettent de penser la notion de patrimoine et ses publics.

 

3e session – Étude de cas a. Patrimoine scientifique et technique
Président de séance : Sacha Krakowiack

Yves Bolognini, Fondateur du Musée Bolo, Lausanne, Suisse

D’une collection à un musée : retour d’expériences

  • présentation – PDF 6,7 Mo
  • audio – MP3 11,2 Mo
  • Le Musée Bolo, modeste à ses débuts en 2002, est aujourd’hui un musée de l’informatique connu au-delà des frontières suisses. Mais pour arriver à ce résultat à partir d’une simple collection privée, beaucoup d’étapes ont été franchies : regroupement de passionnés, aménagement d’espaces de stockage, recherche d’un lieu d’exposition permanent et de soutiens financiers. Comment conserver et faire vivre les collections ? Comment présenter l’histoire de l’informatique au grand public ? Comment trouver l’aide et les fonds nécessaires ? Comment avancer lorsqu’on est tous bénévoles ?
    Quelques pistes par Yves Bolognini, collectionneur, fondateur du Musée et président de la Fondation Mémoires Informatiques (Lausanne, Suisse).

Philippe Denoyelle, Responsable des moyens techniques et du patrimoine informatique, ACONIT, Grenoble

Le patrimoine informatique immatériel

  • présentation – PDF 1,4 Mo
  • audio – MP3 8,9 Mo
  • Quand on parle de patrimoine informatique, les anciens pensent aux grands ordinateurs Bull, les jeunes pensent aux micro-ordinateurs T07 de leur collège, les techniciens cherchent la documentation et les gestionnaires se demandent où loger toutes ces carcasses. Mais en réalité, le problème majeur est la sauvegarde du patrimoine immatériel.
    Dans ce patrimoine immatériel, il y a bien sûr tous les témoignages des « anciens ». Finalement, on constate que beaucoup de témoignages sont déjà recueillis – ou en cours de l’être – soit par écrit soit par enregistrement audio/vidéo. Par contre le problème fondamental reste le patrimoine logiciel.
    Le patrimoine logiciel a quelques similitudes avec le patrimoine musical. On sait l’écrire, on sait l’enregistrer, on sait le jouer – si on a gardé un instrument. Mais il est encore plus fragile : les supports s’abîment, les instruments disparaissent. . . Et il partage avec les musiques expérimentales un problème majeur : il n’est beau que pour un petit cercle d’initiés.
    Nous nous proposons, après une brève introduction consacrée aux problèmes de conservation des supports et des machines de nous arrêter un moment sur les techniques et les méthodes qui permettraient une véritable mise en valeur du patrimoine logiciel, à plusieurs niveaux de compréhension : du visiteur qui découvre les méthodes de travail, en passant par le technicien qui juge des performances jusqu’au spécialiste qui admire le code !
    Pour reprendre l’exemple musical, on peut se laisser bercer, l’écouter pleinement ou découvrir sa composition. Et que serait un violon sans partition, que serait un ordinateur sans logiciel ?

Sylvie Bretagnon, Chargée des affaires culturelles, Musée grenoblois des Sciences médicales, CHU-Grenoble

Patrimoine de la santé, patrimoine scientifique. Un exemple de sauvegarde et de valorisation : le musée grenoblois des sciences médicales

  • présentation – PDF 17 Mo
  • audio – MP3 10,6 Mo
  • La collecte engagée par l’association du musée grenoblois des sciences médicales depuis une vingtaine d’années auprès des structures sanitaires et des médecins du département a permis de rassembler environ 4000 objets qui témoignent de l’évolution des Sciences médicales au cours du XXe siècle. En 2003, le travail lancé par la mission Patstec permet de porter un nouveau regard sur certains de ces objets. En 2010, le musée propose une valorisation de ses collections scientifiques dans le cadre d’une exposition qui témoigne des bouleversements des sciences médicales entre 1900 et 1960. Leur présentation permet de mieux appréhender cette période charnière, méconnue du jeune public, mais qui préfigure le développement des « techno-sciences » conduisant vers une médecine scientifique et contemporaine.

 

4e séance
Président de séance : Daniel Thoulouze

Coriandre Vilain, ingénieur au GIPSA-lab, Saint-Martin d’Hères

Le musée du GIPSA-Lab, un témoin de l’histoire de la Phonétique Expérimentale au 20e siècle à valoriser.

  • présentation – PDF 3,1 Mo
  • audio – MP3 9,7 Mo
  • Née au début du 20e siècle, la phonétique expérimentale vise à décrire et à quantifier les phénomènes articulatoires, acoustiques et perceptifs des unités linguistiques de la parole. Intimement liée au développement des techniques : mécanique, acoustique, électricité, photographie, électronique, informatique, elle est un témoin de l’étroite collaboration entre linguistes et ingénieurs. Dès ses débuts, une des principales applications de cette discipline est l’étude de la prononciation des Langues. C’est dans ce cadre que l’Institut de Phonétique de Grenoble est fondé en 1904 par Théodore Rosset. Tout au long du 20e siècle, l’institut acquiert un ensemble d’instruments à la pointe des techniques dont la plupart ont été conservés et sont visibles au GIPSA-Lab. L’inventaire et la valorisation de ce patrimoine scientifique rare ont été entrepris dès 2004, puis en partenariat avec l’ACONIT depuis 2008. Dans cette présentation, nous décrirons succinctement la collection du laboratoire puis nous nous focaliserons sur les problématiques liées à sa valorisation.

Anne-Marie Delattre, responsable des collections scientifiques et techniques, Musée des Confluences, Lyon et
Séverine Derolez, doctorante CIFRE, histoire et didactique des sciences, Université Lyon 1 (laboratoire S2HEP)

À la recherche des collections scientifiques et techniques au musée des Confluences

  • présentation – PDF 18 Mo
  • détail des collections – PDF 0,2 Mo
  • audio – MP3 14,8 Mo
  • La création d’un département sciences et techniques au sein du musée des Confluences est très récente : elle remonte à 2005 et s’inscrit dans les thématiques développées dans un esprit pluridisciplinaire par ce musée de sciences, arts et sociétés. La politique d’acquisition s’est orientée selon quelques axes, en lien avec le parcours permanent : dynamique des sciences et techniques contemporaines, instruments de mesure du temps et de l’espace, instruments d’observation en sciences naturelles, innovation technique.
    Constituée pour un tiers de dépôts et exposée aux deux tiers à partir de la fin 2014, la collection reste modeste mais essentielle, car elle est devenue la tête de pont de nombreux partenariats, en partie tournés vers la recherche. Un bilan de sa légitimité et de ses perspectives s’impose.

Dominique Bernard, Vice-président, commission culture scientifique, Université de Rennes 1

Les électro-aimants de laboratoire de Pierre Weiss (1865-1940)

  • présentation – PDF 15 Mo
  • audio – MP3 9,1 Mo
  • À la suite de la découverte du premier électroaimant construit à Rennes par le physicien Pierre Weiss en 1898, nous avons fait une étude sur la diffusion internationale et l’évolution technique de cet appareil dans les laboratoires de recherche jusqu’à 1940. Son utilisation, dans la première moitié du XXe siècle, dans les laboratoires de physique, a été déterminante dans l’étude de différents phénomènes physique (effet Zeeman, Faraday. . . ). Des appareils de type "Weiss" sont encore couramment utilisés à l’époque actuelle dans les laboratoires.

Bernard Pellequer, Directeur des relations extérieures, CERN, Genève, Suisse

 

18h30-22h Réception au Muséum de Grenoble : visite de l’exposition "La chambre
d’echo" à l’Orangerie suivie de spectacle et cocktail au Muséum.

 

Vendredi 15 novembre

5e session – Étude de cas b.Patrimoine industriel
Président de séance : Gérard Chouteau

Colette Allibert, Présidente, Association pour le Patrimoine et l’Histoire de l’Industrie en Dauphiné, Grenoble

Le tissu des structures gardiennes du patrimoine industriel en Isère

  • présentation – PDF 4,2 Mo
  • audio – MP3 8,3 Mo
  • L’Isère compte une population diversifiée et relativement dense d’associations, de musées, d’individus qui dédient leur activité à l’histoire de l’industrie et à la conservation de son patrimoine. Une partie de cette population s’intéresse aux industries pratiquement éteintes (énergie hydraulique, mines, ganterie) ou devenues moins présentes (métallurgie, textile). L’autre partie se consacre aux entreprises de secteurs en évolution (énergie, environnement, biens d’équipement, ingénierie...). L’Aphid tente surtout d’enrichir et de faire connaître le passé et le présent de ces industries locales.
    Nombre des structures impliquées sont nées dans les années 1980-90 ; dès leur création, elles ont tissé des liens par échange de cotisations, d’informations et par des partenariats ponctuels. Ce réseau informel contribue à faire aboutir leurs actions, souvent soutenues par les collectivités locales. Les réalisations – création de musées, collecte d’archives, production de livres, d’expositions, requalification de sites – montrent pour l’héritage industriel un intérêt certain et que l’on voudrait encore plus grand.

Lysiane Daval, Mission communication, EDF (cellule régionale), Grenoble

Brigitte Riboreau, Directrice du Musée de Bourgoin-Jallieu

Le rôle central d’un musée de territoire

  • présentation – PDF 18 Mo
  • audio – MP3 8,0 Mo
  • Le Musée de Bourgoin-Jallieu implanté sur un territoire au riche passé industriel textile collecte objets, témoignages, documentation...depuis presque 20 ans sur cette histoire. Passé plus ou moins anciens avec une activité toujours bien présente mais qui a évolué vers les nouveaux textiles et de nouvelles applications. Comment faire entrer au musée ce qui est l’actualité des entreprises, les sensibiliser à ce lien entre passé et présent que peut permettre le musée ? Des expositions, des collectes ciblées, le travail de chercheurs, des campagnes photographiques ou des films permettent régulièrement de mettre l’accent sur des collections en constante évolution et de mettre en avant le partenariat entre archives et musée, entre musée et entreprises.

Albert Raymond, Directeur de l’Entreprise patrimoniale A.RAYMOND, Grenoble

La fixation technique : un métier à inventer

  • présentation – PDF 18 Mo
  • audio – MP3 13 Mo
  • Au-delà de la perception universellement reconnue que nous avons tous, de nos jours, du bouton-pression ou du raccord industriel, ces deux innovations technologiques majeures, brevetées à Grenoble à 100 ans de distance, sont très représentatives. Elles symbolisent en effet le développement d’une entreprise qui a su inventer un métier de recherche et d’innovation qui inclut toutes les chaînes des savoir-faire indispensables à la création, la production et la diffusion de produits répondant aux demandes particulières de nouveaux projets industriels. À travers ces deux créations emblématiques, et afin d’en décrypter la véritable valeur patrimoniale, c’est à l’histoire de la mise en place de ces outils au sein de l’entreprise ARAYMOND, leader mondial incontournable dans le domaine de la fixation industrielle, que s’attachera le présent exposé.

 

6e session
Président de séance : Dominique Bernard

Nathalie Vidal, Attachée de conservation au muséum Henri-Lecoq, Clermont-Ferrand et
Aurélia Léchelon, Archiviste au service Patrimoine de Michelin

Michelin et la Ville de Clermont-Ferrand : un riche partenariat au service du patrimoine scientifique et technique de l’entreprise

  • présentation – PDF 2,2 Mo
  • audio – MP39,8 Mo
  • Soucieux de préserver son patrimoine et de mieux le connaître, Michelin a rejoint la mission nationale PATSTEC en 2009. Une convention lie la Ville de Clermont-Ferrand et la Manufacture afin que le muséum Henri-Lecoq réalise, en étroite collaboration avec le Service Patrimoine de Michelin, l’inventaire des instruments. Il consiste à identifier les objets à l’aide d’un numéro d’inventaire, réaliser une campagne photographique et rédiger une fiche d’inventaire. Ces fiches d’inventaire alimentent la base de données régionale et la base de données nationale et vont prochainement enrichir la base de données du Service Patrimoine.
    Grâce à l’action de sensibilisation du Service Patrimoine, de nombreux instruments rejoignent les réserves pour être conservés, inventoriés et valorisés car ces objets, loin de rester inertes, connaissent régulièrement les feux de la rampe dans le cadre d’expositions au sein de l’entreprise et à l’extérieur. Un projet d’inscription au titre des monuments historiques a également été lancé avec la DRAC Auvergne.

Sylvie Vincent, Musée de la Houille Blanche, Villard-Bonot

Caroline Guérin, Directrice, Musée de la chimie, Jarrie

Le musée de la chimie : une interface entre public et industrie contemporaine

  • présentation – PDF 12 Mo
  • audio – MP3 11,6 Mo ->www.aconit.org/conferences/2013_rencontres/15-11.33.42-Guerin.mp3]
  • La collecte et l’étude du patrimoine industriel contemporain sont-elles des réponses à l’angoisse de la désindustrialisation de ces dernières années ?
    L’expérience du musée de la chimie, né sous l’impulsion d’une association préoccupée par le devenir incertain de l’industrie chimique dans les années 80, permet d’appréhender les initiatives mises en place depuis plus de trente ans pour collecter, étudier et valoriser le patrimoine de la chimie industrielle du sud de Grenoble. Riche d’un partenariat fort avec les industriels toujours présents et actifs sur les plates-formes de Jarrie à Pont-de-Claix, le musée s’est constitué une collection diversifiée et remarquable, accompagnant ainsi l’activité et les mutations de l’industrie chimique. Sa mission de valorisation, en perpétuel questionnement, fait aujourd’hui l’objet de la refonte scénographique de son exposition permanente.

Jean-Marc Spetebroodt, Association ESTEL – Lyon

Un exemple de patrimoine immatériel

  • présentation – PDF 2,4 Mo
  • audio – MP3 9,2 Mo
  • L’association ESTEL a pour but la mise en valeur du patrimoine « télécommunications » des entreprises de Production, Transport et Distribution d’électricité, en particulier d’EDF de 1946 à l’an 2000.
    Dans le patrimoine exploré figurent des systèmes répartis non descriptibles par les « fiches objet » actuelles dédiées au PTSC dans les bases d’ACONIT et du réseau national PATSTEC, car ils s’appuient sur un ensemble de concepts techniques et d’équipements non réductibles à un seul matériel physique.
    À titre d’exemple, EDF présente en 1980 un projet de réseau radiotéléphonique privé cellulaire à localisation automatique des mobiles dénommé Ramage, réalisé ensuite par TRT. Aucun des divers constituants physiques ne permet à lui seul d’en caractériser le fonctionnement. Comment intégrer dans le PTSC de tels projets ayant un intérêt historique ?

 

Table-ronde : quels orientations et moyens pour l’avenir ?

Deuxième partie : animatrice Colette Allibert, APHID

Synthèse des rencontres : Alain Némoz

Parrainage

Les rencontres ont reçu le soutien de la Région Rhône-Alpes, de la Métro, du Conseil Général de l’Isère, de l’Université Stendhal, de Grenoble-INP, de l’Université Joseph Fourier et du Musée ARHome.

♦ Personnalités composant le comité scientifique

Les organisateurs remercient particulièrement pour leur soutien financier :

  • la Région Rhône-Alpes
  • la Métro
  • le Conseil Général de l’Isère
  • la Ville de Grenoble
  • l’INP-Grenoble








PNG

.




Vous pouvez envoyer vos remarques ou vos questions concernant cette publication, par écrit, à :

ACONIT APHID
12 rue Joseph Rey BP 297
38000 Grenoble 38016 GRENOBLE Cedex 1

Pour tous renseignements complémentaires, vous pouvez contacter Aconit par mail ou par téléphone au 04 76 48 43 60


Haut de page | Accueil | Plan du site | Mentions légales | Administration ?